Zoom sur les jeunes compositeurs du festival

Zoom sur les jeunes compositeurs du festival

Cette 3ème édition du festival a souhaité mettre en avant de jeunes compositeurs régionaux auxquels une œuvre courte pour chœur amateur a été commandée. Ils sont 5 à s’être confrontés à cet exercice nouveau pour eux mais enthousiasmant.

 

PRESENTATION DES AUTEURS

 

Pablo Villebrun « Chronoperception Primaire »

Pablo Villebrun est né en 2001. Dès l’âge de 7 ans il a suivi une formation musicale au Conservatoire Massenet et a été attiré par les percussions. Il s’est ensuite formé à la batterie jazz et au piano jazz. Après un bref détour par le chant lyrique, il s’est intéressé à la composition électro acoustique et c’est actuellement ce qui le passionne. La diversité des univers musicaux et artistiques qu’il a rencontrés nourrit son travail de composition. Il se spécialise actuellement dans la composition pour la danse à l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse, formation au cours de laquelle il a réalisé un court métrage : Quatre études courtes sur le présent.

 

 

Emmanuelle Da Costa « Ishin Denshin »

L’écriture d’Emmanuelle Da Costa s’est nourrie de ses échanges avec les interprètes et des interactions de sa musique avec d’autres arts. Le chant choral occupe une place importante dans sa création. Elle a étudié la composition au CRR de St-Étienne, puis au CNSMD de Lyon. Elle compose pour l’IFAC, pour les Maîtrises de Radio France, de La Loire, de Toulouse, le Chœur et Orchestre des Champs-Élysées, Artmilles, Syllepse, Voices 21C… Elle a participé à la création de contes musicaux Le Château des Carpathes, Minotaure (musique et peinture), et a collaboré avec la Cie Dance Flore… Elle est lauréate du Mécénat Société Générale 2022.

 

Fabienne Charles « Soleil nuit »

Elle étudie l’accordéon et le piano aux conservatoires de Dijon et de Lyon. Elle suit les classes de composition, d’accompagnement, de musique de chambre et culture musicale, et perfectionne sa pratique du piano auprès de grands maîtres en France et en Italie. Fabienne aime les rencontres humaines et artistiques ce qui l’oriente vers des projets multiples où se côtoient musiciens, danseurs, comédiens. Elle joue dans le trio Anima et crée en 2020 le duo Dehors (accordéon et voix) avec Madjouline Zerari. Elle se consacre également à la composition.

 

 

 

Julien Gaudin « Le silence répand son vide »

Julien Gaudin est né en 1996. Il a une formation de guitariste rock à la base puis a découvert en faculté de musicologie les multiples possibilités offertes par la musique. Il s’est intéressé au chant et a participé à plusieurs ensembles vocaux régionaux (Symphonietta, Kaleïvoxcope). Il s’est formé parallèlement à la direction au conservatoire et a dirigé pendant 2 ans le petit chœur Melo’Dièse. Et il compose depuis ses débuts en musique.

 

 

Xavier Fontanier « In Memoriam »

Il commence ses études de musique à 10 ans en Bourgogne, sa terre natale. Il étudie le piano à 6 ans puis se tourne vers l’orgue et le chant à 17 ans. Après des études spécialisées en musique au lycée, il poursuit ses études à la faculté de musicologie de Dijon, valide sa licence et son master en éducation spécialisée musique. La découverte du chant choral l’oriente vers une formation de direction de chœur au conservatoire de Chalon-sur-Saône auprès de P. Baudrillart, puis à Saint-Étienne avec M. Defoin-Gaudet. Passionné par la composition, il étudie l’écriture instrumentale ainsi que l’analyse auprès de P. Jakubowski et la musique électronique auprès de Diego Losa.

Il est actuellement chef de chœur de plusieurs ensembles ligériens dont Actéon (ancien Ensemble Vocal de Saint-Étienne) et Les Cantouramiauds (Saint- Chamond).

 

 

RENOUVELLEMENT ET CONTINUITE

Ces jeunes compositeurs apportent un souffle nouveau à la musique contemporaine. Tous sont formés à des instruments et à des techniques modernes, mais ils sont nourris également de toute l’histoire musicale. Leurs influences viennent du jazz, mais aussi des musiques traditionnelles d’Europe ou d’ailleurs, du Moyen Age et de la Renaissance, du baroque et de tous les grands compositeurs qui font notre richesse musicale. Ils ne sont pas dans la rupture ni le rejet, ils revendiquent au contraire ces influences mêlées qui nourrissent et libèrent leur créativité. Après les musiques expérimentales du début du XXème siècle ils ouvrent de nouvelles voies à la création musicale, l’associant souvent à une création visuelle, explorant ainsi de nouveaux potentiels. Leur travail sur la voix est aussi nouveau, ils utilisent les résonances des sons, les échos sonores et les voix parlées autant que les voix chantées. Le chœur n’est plus une entité à l’unisson, mais il éclate en polyphonies. « Le chanteur n’est pas qu’une voix, c’est aussi une individualité qui doit s’exprimer grâce aux propositions que fait le compositeur. Il ne doit pas restituer des sons et des mots écrits mais il doit prendre part et parti pour donner son interprétation. Une pièce a une trame, mais elle est évolutive. L’interprète lui donne une forme à un instant donné, il doit être en pleine présence, connecté au présent. » Pablo Villebrun

 

DES OEUVRES VIVANTES

Tous sont impatients et curieux de voir le résultat final de la création. Ils ne conçoivent pas l’écriture comme l’achèvement de l’œuvre. Une œuvre n’existe que lors de son interprétation dans un espace particulier et par l’appropriation que le chœur en fait. Tous ont eu l’occasion d’assister à des répétitions et de découvrir ainsi comment leur œuvre était comprise. Ils ont pu se rendre compte de la distance entre l’écriture et l’interprétation, une fois écrite l’œuvre a sa vie propre et ils l’acceptent sans problème. « A partir du moment où j’ai fini d’écrire et que j’ai rendu publique ma composition en la confiant à un ensemble, je m’efface. L’œuvre vit sa vie et elle a son propre développement. Elle n’existe que par son ou ses interprétations » confie l’une de nos autrices. Ce qui est très intéressant pour eux, c’est de voir prendre chair ce que leur esprit a imaginé « Quand on écrit, on a une idée abstraite de ce qu’on veut exprimer, tout d’un coup cela devient réel, tangible et c’est alors que ça prend véritablement son sens » Xavier Fontanier

C’est le chœur du festival qui a la charge de rendre concrètes les belles chimères qui ont visité les auteurs. Lourde charge, mais travailler avec leur énergie et leur dynamisme, être bousculé et découvrir d’autres potentiels de la voix, avoir le sentiment de participer à l’éclosion d’une œuvre, tout cela est très enrichissant à titre individuel et collectif pour l‘ensemble du chœur. Une soirée surprenante et originale qui répondra, nous l’espérons, aux attentes des auteurs pour le plus grand plaisir du public.